Forum RPG et classique pour venir parler de ses super héros préférés et incarner les super héros et super vilains de votre invention dans un univers libre et original.
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Xyria, la dernière dragonne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Date d'inscription : 04/04/2015
Messages : 41
Age : 19 ans.
Métier : Chasseuse - "Animal" sauvage.
Situation : Célibataire.
Orientation : Hétéro.
Espèce : Dragonne.
Nombre de posts RP : 19

MessageSujet: Xyria, la dernière dragonne.   Sam 4 Avr - 19:44

Xyria

« Reine du ciel ; Maîtresse de feu »



Identité :
Alias : Vous êtes libre de lui en trouver un, si vous le désirez. Mais attention à vous si il est ridicule Suspect
Prénom : Xyria.
Age : 19 ans.  
Espèce : Autre - Animal fantastique venu du passé - Clone - Dragonne européenne.
Statut : Célibataire.
Orientation : Zoophile... enfin, disons plutôt qu'elle s'intéresserait aux reptiles mâles, si seulement il pouvait y en avoir un à sa taille.
Métier : Chasseuse solitaire - Animal évolué - Fugitive recherchée par la Caste des Paladins, une organisation militaire secrète gouvernementale visant à protéger l'humanité.
Considéré comme un : Civil/Indécis - Les gents la voient pour le moment comme un animal dangereux, qu'il faut capturer ou abattre.

Pouvoirs :
Pouvoir :
-Force : La force de Xyria est équivalente à sa taille.
-Vol : Le dos de Xyria est orné d'une paire d'ailes qui lui permettent de voler. Bien qu'elle soit d'une taille imposante, sa morphologie la rend parfaitement aérodynamique et ses os son creux, comme ceux des oiseaux de proies. Elle peut ainsi voler à grande vitesse et le mouvement de ses ailes ne fait pas plus de bruit que le déplacement de l'air.
-Souffle ardent : Contrairement ce qu'on pourrait penser, le souffle de feu du dragon a une explication scientifique. Sous le cervelet de Xyria se trouve une poche remplit d'un produit chimique extrêmement inflammable. A la manière des cobras, cette poche est reliée à deux glandes cracheuses au fond de sa mâchoire. Lorsqu'elle les actives, elle crache le liquide qui s’enflamme au contacte de l'air. La chaleur de son souffle est suffisante pour faire fondre la pierre.
-Jeun : L'organisme de Xyria est plus lent que celui des humains. Ainsi, si elle se mange suffisamment, elle peut ne pas avoir à se nourrir pendant une à deux semaine.
-Apnée : Tel les iguanes ou les crocodiliens, Xyria peut retenir son souffle longtemps. Elle peut nager environ une heure sous l'eau avant de devoir remonter respirer.
Arme/Armure :
-Armure d'écailles : Le corps de Xyria est naturellement couvert d'un solide armure d'écailles extrêmement résistante. Elle lui offre un protection accrue aux armes blanches et armes à feu. Ses écailles sont légères et ne gênent en rien ses mouvements et sa capacité de voler.
-Griffes, cornes, crocs, queue, ailes : Xyria est une dragonne comme il est représenté dans les légendes. Ses pattes sont munis de griffes en forme de serres capable de découper le métal. Les cornes saillant sa tête représentent aussi un danger non-négligeable. Sa mâchoires est garnie de terrible crocs et peut exercer une pression de quatre tonnes, capable de broyer le capot d'une voiture en une seule morsure. Sa queue lui sert surtout à garder son équilibre lorsqu'elle marche et lorsqu'elle vol, mais elle peut également lui servir d'arme dévastatrice lorsqu'elle s'en sert comme une massue. Enfin, battre des ailes lui permet de créer des bourrasques suffisamment puissantes pour déstabilisé ses adversaires.
Point Faible/Limite :
-La poche à venin de Xyria, qui contient le produit chimique inflammable, n'est pas infinie, et une fois vide, elle ne peut plus cracher le feu. Son organisme la remplira naturellement lors de la digestion, transformant les graisses de ses proies.
-Bien que ses ailes lui permettent de voler rapidement et silencieusement, leur finesse fait que Xyria manque fortement d'endurance. Planer ou simplement voler ne lui pose pas de problème, mais la vitesse la fatigue très rapidement.
-Les écailles de Xyria ont même signature génétique que le métal. Elles sont solides, mais conductrice. Ainsi, la dragonne est extrêmement sensible à l'électricité. Sous ses écailles, le cuire de Xyria est épais mais extrêmement sensible.
-Environ une fois tous les ans, en été, Xyria doit muer, c'est à dire qu'elle paire ses vieilles écailles alors que de neuves pousses. C'est une période délicate qui prend 24 à 48 heures, où la dragonne ne peut pas bouger d'où elle est, donc ni chasser, ni s'enfuir.
-Xyria est un reptile, et de ce fait, elle possède le sang froid. Ses écailles ont la capacité de capter et de garder la chaleur des rayons solaires, mais se retrouver dans le froid peut la ralentir, voir la rendre somnolente.
-Comme tout reptile, elle sera sensible aux être ayant le pouvoir de contrôler ces derniers, bien qu'elle cherchera à résister.

Description du personnage
Qualités : Intelligente - Débrouillarde - Sauvage (dans le sens où elle n'a pas besoin de la modernité ni de la civilisation pour survivre) - Rapide, agile et silencieuse - Puissante et résistante.
Défauts : Susceptible - Rancunière - Sauvage (dans le sens où elle est imprévisible et ne comprend pas toujours le sens des humains) - Méfiante, voir craintive - La solitude (dû au fait qu'elle est la dernière de sa race) lui pèse souvent.

Description du caractère :
Xyria est une créature évoluée, aussi intelligente qu'un être humain, douée de raison et de sentiments. Cela-dit, cela ne fait pas d'elle une humaine pour autant : elle vit de ses instincts les plus primaires et de sa sauvagerie. Sa liberté est ce qu'il y a de plus important à ses yeux. Le droit de vivre au grand air, de se déplacer, de voler à sa guise, de vivre comme elle le désire. Sans être claustrophobe, elle a la phobie de l'emprisonnement, des chaînes et des cages. La mort est à ses yeux un sort plus enviable.

Sauvage, la jeune dragonne vit donc en suivant ses instincts et en écoutant la voie qui lui dictent ses actions, bien qu'elle sache faire preuve de raison. Elle connait les sentiments comme la pitié et la gentillesse et sait y faire appel... cela étant, temps que vous n'êtes pas son ennemi, que vous ne menacez pas sa vie ou sa liberté. Dans le cas contraire, elle est parfaitement capable de tuer et ne le regrette jamais, elle considère que c'est dans l'ordre des choses que ceux qui la menacent meurent. D'un naturel calme et observateur, elle peut cela-dit facilement se mettre en colère et ne contrôle alors pas toujours ce qu'elle fait.

La capacité de voler est une chose très précieuse, pour elle, presque son identité. Elle aime plus que tout fendre le ciel et dépasser ses limites, elle aime les acrobaties aériennes. Mais en-dehors de ces moments, elle apprécie également le calme de la nature. On peut souvent la voir se reposant au soleil, chauffant ses écailles et son sang de reptile. Ou alors, elle aime aussi observer les étoiles, la nuit. Si la solitude ne la dérange pas, elle aime avoir la compagnie de ses amis. Bien qu'elle n'en parle pas souvent, le fait de se savoir l'unique représentante de son espèce lui pèse beaucoup.

Méfiante, presque craintive des humains, elle n'a à ce jour eue l'occasion de ne faire confiance qu'à très peu de personne. Elle évite les humains, bien qu'elle vive près d'une de leur ville. Elle aimerait se faire accepter d'eux, mais doute que ce soit possible. Cela-dit, si vous réussissez à faire d'elle votre amie, vous y gagnerez alors une alliée puissante, protectrice et dévouée. Elle pourra même se montrer "docile" et joueuse, voir blagueuse. A 19 ans, la dragonne est encore plus jeune que ce qu'on pourrait croire, sa croissance est plus lente que celle des humains. Elle n'a pas encore atteint sa taille définitive.

Susceptible et rancunière, Xyria ne supporte pas qu'on s'en prenne à elle, que ce soit en l'agressant ou en lui manquant de respect. Très fière, elle ne supporte pas les insultes. Elle a du répondant et ne se laissera pas marcher dessus, que ce soit par un simple humain ou une créature plus puissante qu'elle. Lorsqu'elle s’ennuie, on peut souvent la voir se concentrer sur la toilette de ses griffes. C'est autant un plaisir pour elle de les voir briller qu'un tic, en réalité.

Description physique - En civil et en costume :
Xyria est le représentation parfaite des légendes contées sur les dragon : elle ressemble à une grande reptile quadrupède, mesurant environ deux mètres cinquante au niveau du garrot pour une douzaine de mètres de longueur. Son corps est couvert de froides et lisses, mais également extrêmement résistantes et brillantes sous les rayons du soleil, écailles d'une couleur rouge rubis, légères comme des plumes et solides comme l'acier. Sa tête est perchée au bout d'un long cou de serpent, allongée sur un long museau ovale, en forme de bec, et couronnée par une paire de cornes. Parcourant sa nuque jusqu'aux épaules, elle possède une épaisse crinière de pointes d'ivoires, taillées comme des pieux, dont elle peut également se servir d'arme. Ses grands yeux, aux pupilles fendues, ont la couleur orangée de l'ambre. Bien que son air soit celui d'une bête féroce, ils brillent d'une profonde intelligence et laissent voir ses sentiments. Malgré sa taille imposante, elle possède une allure svelte et élancée, se déplaçant avec une habileté féline. L'un dans l'autre, on peut dire qu'elle est une magnifique créature et qu'elle se voit comme tel.

Son dos est orné d'une paire d'ailes membraneuses, comme celles des chauves-souris, à la membrane rosée tel le vin. Elles sont très fragiles mais lui permettent de se déplacer à grande vitesse et silencieusement. Chacun de ses quatre membres se termine par une patte puissante à trois phalanges, aux griffes acérées tordues comme des serres. Sa queue est aussi longue que son corps et semble être une représentation de l'humeur de sa propriétaire : elle bougera de manière souple lorsqu'elle sera de bonne humeur, restera immobile pour les sentiments neutres et fendra l'air et frappera le sol sur le coup de la colère. Elle ne semble pas toujours avoir son contrôle et peut faire des bêtises avec. Ses armes font peut-être d'elle la prédatrice, la chasseuse la plus implacable du monde.



Origine et histoire :
Pour que vous compreniez bien qui est mon personnage, je dois commencer son histoire non-pas simplement dix-neuf années plus tôt, mais bien il y a des millions d'années de cela. Bien que cela fut caché par les anciens, les dragons ont pratiquement toujours existé. Ils furent, à leur époque, les descendants d'une certaine race de dinosaure, qui évolua au fil des générations, leur donnant la force et l'intelligence de résister à l'air glaciaire et destinés à devenir la nouvelle espèce dominante de la terre... mais pas uniquement : au même moment où l'esprit des dragons s'éveillait, le premier homme foulait la terre, et durant des milliers d'années, les deux espèces durent cohabiter. Hélas, lorsqu'une race est ou se croit la plus évoluée, elle ne tolère que très mal la concurrence.

Chaque nouvelle génération humaine voyait cette espèce évoluer, et jamais les hommes et les dragons ne purent s'entendre. Certains craignaient les dragons... d'autres les voyaient comme des animaux qui devaient ou se soumettre à eux, ou disparaître. Une guerre raciale s'installa rapidement, où les forces étaient plus ou moins équilibrées : alors que les dragons étaient des créatures sauvages et indépendantes, largement plus fortes que les hommes, ces derniers avaient pour eux le don de l'imagination... une imagination qui leur permettait de créer toujours de nouvelles armes, de nouveaux pièges, de trouver de nouvelles idées pour tuer leurs rivaux écailleux. Ils étaient également plus fécond, se reproduisaient plus vite que les dragons dont chaque mort rapprochait petit-à-petit l'espèce au bord de l'extinction. Leur fin arriva avec la moyen-âge, et le passage au pouvoir des religions aux dieux uniques, qui commencèrent à dénigrer les dragons en les accusant d'être des démons au service de Satan... le pouvoir de leur persuasion fut suffisant pour les derniers n'ayant encore rien contre cette espèce de la dangerosité de ceux-ci.

Avec l'évolution de l'église apparu un nouveau genre de guerrier : les Paladins, chevaliers sacrés au service de l'église qui avaient pour mission divine de détruire les ennemis de Dieu, les païens, les êtres manipulant la magie noire... et surtout, les dragons. L'époque marqua alors la découverte par un moine, chef de la Caste des Paladins, d'une fleur aux pétales rouges-sang, rare et méconnue, aujourd'hui pratiquement disparue, que l'on nomma la papyraliss. La particularité de cette fleur lui valut un nom dans le panthéon des Saint : le pollen de cette fleur était un poison foudroyant et fatal pour les dragons. Un seul contact avec leurs muqueuses ou leur sang paralysait la créature, qui ne pouvait plus respirer et finissait par succomber au bout d'une heure. Dès lors, les Paladins se servirent de ce pollen sur toutes leurs armes et leurs pièges. Les dragons, déjà peu nombreux à l'époque, furent traqués et massacrés. Leur espèce finit par disparaître.

De nos jours, on ne se souvient plus d'eux que dans les livres de contes. Les anciens firent en sorte que les humains pensent qu'ils n'étaient que l'issus des rêves. Ceux qui savent ignorent la raison qui les poussa à ne les réduire qu'au rang de légendes. Peut-être désiraient-ils les détruire au point de réduire en cendre leur existence-même. Peut-être désiraient-ils assurer l'avenir de leur descendants en faisant en sorte que ceux-ci ne sachent pas que d'aussi ignobles créatures ont un jour existé. Ou encore, peut-être eurent-ils finalement honte d'avoir fait disparaître une espèce toute-entière et qu'ils désiraient faire oublier leur crime. Tout est-il qu'aujourd'hui, pratiquement plus personne ne croit que les dragons ont existé... mais pas tous : certains, les membre de la Caste des Paladins, existant encore de nos jours, mais agissant dans l'ombre, connaissaient encore la vérité.

Des centaines d'années passèrent, où le mythe du dragon se confirma petit-à-petit. Jusqu'au jour où une nouvelle menace plana au-dessus de la paix du monde et l'âme des hommes : les super-humains, êtres doués de pouvoirs surnaturels, les démons, les soit-disant dieux et les êtres venus d'un autre monde firent leur apparition. Certaine personnes, au même titre que les anciens, les virent comme une menace et cherchèrent le moyen de se défendre face à eux. Un groupe scientifique émit alors une hypothèse : si l'arme biologique qui pourrait mettre les supers hors d'état de nuire n'était autre que l'ancien ennemi de l'humanité ? Certains savaient encore que les dragons avaient existé, mais leur nature profonde, elle, avait vraiment été oubliée. Après-tout, un animal né dans leurs locaux serait facile à dresser...

Vingt ans avant aujourd'hui, justement, une équipe d'archéologues, de jeunes gents innocents qui ne comprirent ce qu'ils avaient sous les yeux, ouvrirent une brèche dans une ancienne caverne où ils purent mettre la main sur un nid, des os de créatures géantes et des œufs fossilisés. Ils pensèrent être tombé sur une espèce de dinosaures encore inconnue, mais n'eurent pas le temps de découvrir que l'âge des fossiles ne correspondait pas : des hommes en noir, genre riches hommes d'affaire, les abordèrent et leur firent une offre que même eux ne purent refuser. Ils devinrent riches, et les hommes en noire purent mettre la main sur les derniers fossiles de dragons encore intacts. De nos jours, ces fossiles se trouvent cachés dans les locaux de l'entreprise qui tenta l'expérience, près des derniers spécimens de papyraliss encore cultivées. Les scientifique réussirent finalement à extraire de l'un des œufs un brin d'ADN viable, et ramenèrent à la vie, via les technique de clonage, un dragon nouveau-né, le premier de notre air et unique (?) membre de son espèce. Ainsi naquit Xyria...

La Caste des Paladins, c'était ainsi que se nommait la société qui créa la jeune dragonne. Mais les Paladins avaient bien changé, depuis l'époque où ils éradiquaient les dragons : commandés par le conseil extrémiste de l'église, ils formaient désormais une organisation scientifique et militaire destinée à contre-carré à l'avance les menaces considérés comme divines, c'est à dire qui mettait en péril l'humanité et le foie. Ainsi été vu l'apparition des supers, qui aux yeux des extrémiste religieux étaient une offense à leur Dieu. Bien évidemment, les temps avaient changés, et même dans le secret de leur organisation, ils ne pouvaient plus agir comme ils l'entendaient, pas sans l'appuie du gouvernement pour qui ils travaillaient. Leur but était donc de prévenir, de se préparer, en mettant au point des armes capables de contrer une attaque de leur part ou de les éradiquer si ils obtenaient le droit d'attaquer. Xyria était destinée à devenir leur plus puissante arme biologique...

... enfin, pas tout-à-fait : elle n'était alors qu'un prototype, le projet PPD-001 (Prototype Projet Dragon) destiné à l'étude. Les scientifiques devaient l'étudier, l'entraîner, expérimenter sur elle, pour par la suite mettre au point de nouveaux clones en sachant comment les dresser, voir les modifier pour les rendre plus puissants et plus facilement contrôlables. L’œuf artificiel dans lequel fut placé l'embryon passa plusieurs mois au calme dans une couveuse, mais lorsque la dragonne éclot, ce fut dans un froid laboratoire où elle passerait les années suivante de sa vie à se faire examiner, étudiée, où on lui prélèverait des tissus et où, en dernier recours, elle l'apprendrait bien plus tard, on la disséquerait, entourée de l'équipe d'hommes et de femmes en blanc qui s'occupaient de son projet.

La dragonne fut installée dans une salle qui lui servit de nid durant les dix-neufs premières années de sa vie... rien de bien accueillant, cela-dit : une salle ovale, blanche, trop clair à son goût, elle qui aimait par nature les endroit rocailleux et sombres, de la paille sur le sol et un tuyaux descendant du plafond pour lui apporter de la nourriture. Le seul avantage était qu'elle était spacieuse et haute de plafond, lui permettant de se déplacer et de voler à sa guise. Des années durant, elle dut subir les expérimentations des humains, et ils découvrirent bien vite, alors qu'elle était encore bébé, sa sensibilité pour l'électricité... les fois où elle tenta, ainsi, de se rebeller, furent rapidement menée à échec par cette faiblesse. Dix-neuf années durant, elle vécut enfermée et ne put jamais voir la lumière du jour. Les humains se fichaient de sa douleur ou de ses sentiments... même lorsqu'elle parla pour la première fois et qu'il apprirent, ainsi, que les dragons étaient une espèce évoluée. Ils ne firent que s'intéresser d'avantage à son esprit et développèrent son intelligence par des cours pour voir jusqu'où elle serait capable d'aller.

Mais un humain, dans le lot, lui permit de ne pas sombrer entièrement dans la rage envers l'humanité : Michel, un simple employé, l'homme qui s'occupait de sa cage, des soins à lui apporter après une expérimentation un peu trop brutale et de faire venir sa nourriture. On l'appelait le Palefrenier du Dragon. Cet homme la craignait, au début, et elle ressentait aussi envers lui la même crainte et haine qu'envers les autres scientifiques... mais lorsqu'elle commença à parler, il lui parla, lui aussi. Ce fut difficile, mais... petit-à-petit, l'homme et la bête apprirent à se connaître, ils "s'apprivoisèrent", et finirent même par se lier d'amitié. Michel voyait en Xyria ce que les scientifiques refusaient de voir. Il l'aida à surmonter sa solitude et son désirs de liberté en lui comptant des histoires et en lui montrant même des photos du monde extérieur. Les moments passés avec lui, le soir, après que tous soient partis se coucher, était ce qu'il y avait de mieux dans le vie de Xyria. Ce fut même lui qui lui donna son nom, les scientifique ne l'ayant nommée tout au long de sa vie que PPD-001.

Si les scientifiques pouvaient, cela-dit, étudier sa physionomie et ses capacités, ils ignoraient tout de l'esprit et de l'instinct de la dragonne. Elle était née en captivité mais ne pouvait être dressée. Plus le temps passait, et plus s'éveillait en elle le désir de la liberté, plus ses instinct sauvages et primaires se faisaient puissants en elle. Il ne lui manquait qu'une chose, un déclic pour qu'elle trouve la force de s'échapper... ce déclic, elle l'eut simplement quelques jours plus tôt : chaque soir, son palefrenier devait venir vérifier si elle ne portait pas de blessure, et en profitait toujours pour lui raconter son histoire. Mais lorsque la porte s'ouvrit, ce ne fut pas Michel, qui entra, mais un homme en treillis militaire et à l'air sévère. Il s'approcha d'elle, posa le matériel médical au sol, et tendis qu'il observait ses écailles, elle demanda où était Michel. L'homme lui annonça qu'il avait été licencié pour faute grave. Xyria comprit immédiatement : il avait été licencié parce qu'il lui avait donné de l'espoir. Les discussions et les photos devaient être mal-vus. On lui avait retiré son ami... peut-être même qu'on l'avait fait éliminé parce qu'il en savait trop. Ce fut trop, pour elle. L'homme lui tourna le dos, et il ne comprit pas ce qui lui arriva lorsque la queue de la dragonne abattit sur lui.

Une alarme se déclencha, et la dragonne prit son envol alors que le sol de sa cage se mettait à grésiller. Les plaques électriques avaient été activés. Si elle se posait, elle serait assommée par le puissance du choc. Et elle ne pourrait pas rester en l'air très longtemps. Elle tourna un moment dans sa cage... elle devait s'enfuir, elle le voulait, c'était vital. Mais les murs étaient déjà couvert des marques de ses griffes... elle ne pouvait pas creuser le béton assez vite avant que le fatigue ne la force à se poser. C'est alors qu'elle vit le tuyau de nourriture, et qu'elle eut une idée : elle fonça dessus et le cassa, l'envoyant au sol. Puis elle s'accrocha au plafond avec ses griffes : elle ne pouvait pas se glisser dedans, il était trop petit, mais il était toujours plus facile d’agrandir un trou que de le creuser. Chaque coup de griffe lui permis de briser des morceaux de ciment et de s’engouffrer dans le plafond, et ses ailes ne furent pas utilisée, la fatiguant moins. Ça lui pris du temps... mais elle finit enfin par briser le plafond, et elle se retrouva à l'extérieur.

Elle resta un long moment immobile. Il faisait nuit, les étoiles brillaient, et un vent frai soufflait. Elle voyait, elle ressentait vraiment le monde... c'était tellement agréable. Elle se trouvait sur une base militaire à plusieurs bâtiments, perdue au milieu du désert. Elle se demandait combien d'autres expériences, à-part elle, étaient pratiquées ici. Mais rapidement, autour d'elle, les militaires et les scientifiques se rassemblaient... mais ils ne bougeaient pas, ils ne semblaient pas savoir quoi faire, et elle comprit rapidement pourquoi : ils devaient la garder vivante, ils ne pouvaient pas simplement l'abattre, elle avait coûtée trop cher. Ne s'attendant pas à ce qu'elle s'enfuit, ils n'avaient pas de plan pour la capturer applicable sur le champ. Xyria se rit d'eux : elle allait partir, et ils ne pouvaient rien y faire. Ainsi, elle déploya ses ailes et s'élança pour la première fois dans le ciel.

Elle vola longtemps, très longtemps, au dessus des sables du désert, puis au-dessus des mers. Au début, elle ne savait pas où elle voulait aller, elle se laissait guider par son instinct. Puis elle arriva en vue d'une ville. Ses ailes lui faisaient mal et ses yeux se fermaient, elle devait se reposer. C'est alors qu'elle commença à amorcer sa descente vers une épaisse forêt au-milieu de laquelle elle se posa... et, par chance, juste devant une ouverture sur le flan d'une petite falaise... une caverne ! Sans réfléchir, instinctivement, elle y pénétra, s'enfonça aussi profondément qu'elle le put, avant que la fatigue ne la fasse s'effondrer.

Dans cet endroit, elle dormit trois jours durant, avant de retrouver suffisamment ses forces. A son réveil, elle eut deux désires : la première, visiter cette caverne, qu'elle avait instinctivement décidé de faire sienne, et ses alentours. Elle découvrit ainsi des railles, des wagons renversés, de vieux outils rouillés... ce n'était pas une caverne, mais une mine. Une mine abandonnée. Un endroit créé par les hommes, mais abandonné. Le mieux, pour se cacher de ses ennemis, c'était d'être près d'eux, là où ils ne nous penseraient jamais assez stupide pour aller. Personne ne viendrait la chercher ici. Ainsi, cette mine devint son antre. Son second désir fut... de se nourrir. Son vol l'avait épuisée et vidée de son énergie, elle devait manger. Xyria était une dragonne, la plus grande prédatrice qui soit... mais elle n'avait encore jamais chassé. La forêt dans laquelle elle se trouvait regorgeait de biches et d'autres petites proies, mais elle était tellement affamé que son empressement ne lui permis pas d'en attraper une. Elle apprendrait à chasser avec le temps, mais là, elle avait trop faim. Ainsi, elle dut se rabattre sur des proies moins... habiles.

Profitant du couvert de la nuit, volant au-dessus des immeubles pour ne pas être repérée, elle pénétra en ville et ne se posa que dans les ruelles les plus sombres et désertes. Elle réussit à passer inaperçue et reprit des forces en mangeant quelques chiens errants et des chats. Repue, elle se permis quelques temps de repos dans l'ombre d'une ruelle déserte, bien qu'elle gardait ses sens en alerte, prête à s'enfuir si elle sentait ou entendait l'approche d'un humain. C'est ainsi qu'elle l'entendit... une série aboiements, accompagné d'un faible couinement. Curieuse, elle s'avança dans la rue, et vit un groupe de chiens en-train de s'en prendre à un renard errant. Xyria était une chasseuse, c'était dans sa nature, elle n'avait rien contre la chasse, et même, elle aimait ça... mais ces chiens ne s'attaquaient pas à ce renard pour manger, simplement parce que c'était un renard. Elle n'aimait pas qu'on tue pour le plaisir... ainsi, en quelques coup de patte, elle chassa les chiens.

Le renard, effrayé, partit se cacher sous une benne. Xyria, de son côté, ne fit plus attention à lui et retourna s'allonger dans son coin. Quelques minutes passèrent, le renard finit par s'approcher. Xyria lui fit un signe de la patte, lui dit de partir... et le renard, qu'elle compris rapidement être une renarde, lui dit "merci". Xyria fut surprise, mais pas aussi choquée que l'aurait été un humain en entendant un animal parler : elle dressa simplement la tête et demanda à l'animal comment ça se faisait. C'est ainsi qu'elle rencontra Imissaire.

La petite renarde rousse lui expliqua qu'elle était, à la base, une simple renarde sauvage des villes, née sur les docks. Une nuit où elle se nourrissait dans les poubelles près d'un laboratoire de recherche, le gardien était sortie et, mécontent de la voir éparpiller les déchets, l'avait poursuivit. A l'époque, Imissaire n'était encore qu'une renarde normale, et elle avait fuit sans trop réfléchir en entrant dans le bâtiment. En essayant de se cacher, elle était monté sur une étagère couverte de bocaux contenant elle ne savait quoi, qui avait cassée sous son poids, et elle était tombé en se faisant recouvrir par différentes substances chimiques, avant de réussir à ressortir et à s'enfuir. Ce fut dans les jours qui suivirent que ses mutations eurent lieux : d'abord, son esprit s'éveilla au monde. Son intelligence se développa et elle commença à comprendre les choses, à les voir comme elle ne les avait jamais vu avant. Et, les jours qui suivirent, elle commença à emmètre des sons, et à parler. Elle apprit très vite à comprendre et à parler le langage humain, simplement en écoutant et en observant ces derniers. Visiblement, la mutation avait augmenté sa mémoire sensorielle, et elle en était devenu incapable d'oublier quoi que ce soit. Ses connaissances pourraient donc ne pas avoir de limites.

La dragonne et la renarde passèrent le reste de la nuit à discuter, à faire connaissance... et la journée qui suivit, elles se reposèrent, Xyria ne pouvant quitter cette rue au risque de se faire voir. Par chance, personne ne vint. Et ainsi, les deux créatures devinrent... amies. Xyria avait besoin d'aide, les connaissances d'Imissaire l'aideraient à s'adapter à ce nouveau monde. Quand à Imissaire... et bien elle était une petite bête peureuse qui avait des difficultés à survivre. Xyria devint sa protectrice, et elle se mit à partager sa nourriture avec elle. Imissaire devint sa meilleure amie, sa confidente... et plus ou moins l'animal de compagnie de la dragonne.


Sous le masque :
Pseudo : Wolfox666
Age : 23 ans.
Comment avez-vous découvert ce forum : En cherchant sur l’annuaire forumactif.
Avatar : Une actrice écailleuse assez peu connue du film Le Règne du Feu.

_________________
Au coeur de la nuit, je rugis.
Seras-tu ma proie, ou mon ami ?


Xyria et Imissaire:
 


Dernière édition par Rexia le Dim 5 Avr - 11:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t455-rexia-la-derniere-dragonne

avatar

Date d'inscription : 02/11/2013
Messages : 556
Alias : Volupta
Age : 22 ans
Métier : Modèle nue
Situation : Célibataire
Orientation : Bisexuelle
Espèce : Déesse du désir et du plaisir
Nombre de posts RP : 297

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Sam 4 Avr - 22:13

Soit la bienvenue, ô majestueuse créature !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t128-sylla-maximus-deesse-hors-du-temps#358 http://anonymasked.forumactif.org/t133-sylla-maximus-deesse-du-desir-perdue

avatar

Date d'inscription : 04/04/2015
Messages : 41
Age : 19 ans.
Métier : Chasseuse - "Animal" sauvage.
Situation : Célibataire.
Orientation : Hétéro.
Espèce : Dragonne.
Nombre de posts RP : 19

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Dim 5 Avr - 6:22

Merci, petit gigot... euh, petite humaine, pardon ^^'

_________________
Au coeur de la nuit, je rugis.
Seras-tu ma proie, ou mon ami ?


Xyria et Imissaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t455-rexia-la-derniere-dragonne
Maître du Jeu

avatar

Date d'inscription : 23/09/2013
Messages : 1360
Métier : Admin
Nombre de posts RP : 522

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Dim 5 Avr - 19:49

Rien a redire, c'est parfait tout ça.

Tu es validée ! cheers

Tu vas pouvoir aller créer une fiche de liens et commencer a RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t70-aide-de-jeu-le-maitre-du-jeu-et-ses-pnjs http://anonymasked.forumactif.org

avatar

Date d'inscription : 04/04/2015
Messages : 41
Age : 19 ans.
Métier : Chasseuse - "Animal" sauvage.
Situation : Célibataire.
Orientation : Hétéro.
Espèce : Dragonne.
Nombre de posts RP : 19

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Dim 5 Avr - 20:11

Chouette ! Merci beaucoup, Omniprésence ^^

_________________
Au coeur de la nuit, je rugis.
Seras-tu ma proie, ou mon ami ?


Xyria et Imissaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t455-rexia-la-derniere-dragonne

avatar

Date d'inscription : 01/11/2014
Messages : 117
Alias : Dragula
Age : 31 ans
Métier : Chasseur de prime/Homme à tout faire au service de Dread
Situation : Ca se laisse vivre
Orientation : Hétéro
Espèce : Zombie
Nombre de posts RP : 25

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Lun 6 Avr - 0:16

Bienvenue ! Par contre je te demanderais de rester trèèèès loin de moi !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t403-i-want-to-tell-you-about-dragula-man-the-new-god-of-supertown

avatar

Date d'inscription : 04/04/2015
Messages : 41
Age : 19 ans.
Métier : Chasseuse - "Animal" sauvage.
Situation : Célibataire.
Orientation : Hétéro.
Espèce : Dragonne.
Nombre de posts RP : 19

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Lun 6 Avr - 6:13

Merci ^^

Oh, bah pourquoi ? Tu me trouves plus effrayante qu'un zombie ? xD

_________________
Au coeur de la nuit, je rugis.
Seras-tu ma proie, ou mon ami ?


Xyria et Imissaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t455-rexia-la-derniere-dragonne

avatar

Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 99
Alias : Dread
Age : 25
Métier : Terroriste
Situation : Celibataire
Orientation : Bi
Espèce : Humain
Nombre de posts RP : 88

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Lun 6 Avr - 13:57

Un dragon ! Shocked Eh beh, ça c'est surprenant ! Et incroyablement épique. XD Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t267-dread-le-terroriste?nid=3#1541 http://anonymasked.forumactif.org/t342-alex-terrence-un-terroriste-sans-limites#2306 http://eymeric777.deviantart.com/

avatar

Date d'inscription : 04/04/2015
Messages : 41
Age : 19 ans.
Métier : Chasseuse - "Animal" sauvage.
Situation : Célibataire.
Orientation : Hétéro.
Espèce : Dragonne.
Nombre de posts RP : 19

MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   Lun 6 Avr - 15:17

Merci beaucoup ^^

_________________
Au coeur de la nuit, je rugis.
Seras-tu ma proie, ou mon ami ?


Xyria et Imissaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t455-rexia-la-derniere-dragonne

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Xyria, la dernière dragonne.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Xyria, la dernière dragonne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple
» Morgenstern - L'étoile du matin, la dernière étoile
» La dernière série avant la fin du monde
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anonymasked :: Who You Are :: Présentations :: Fiches validées-