Forum RPG et classique pour venir parler de ses super héros préférés et incarner les super héros et super vilains de votre invention dans un univers libre et original.
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Date d'inscription : 28/11/2014
Messages : 26
Alias : Charlie
Age : 28
Métier : Leader "La Meute" Technicien Hydraulique
Situation : Célibataire
Orientation : Hétéro
Espèce : Mutant
Nombre de posts RP : 3

MessageSujet: Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City   Mar 2 Déc - 13:49



Charlie LCA Turner

Souvenirs...

"-Besoin d’aide ?

Je ne l’avais pas remarqué, mais le temps que l’on arrive à sa hauteur, tout le chargement reposait dans le camion.

-Ça c’est du rapide !

-Merci mais comme vous le voyez, j’ai fini.

Il avait en effet la carrure d’un bûcheron. Il s’empressa d’aller à la portière sans même nous adresser un «bonne soirée » et on commençait à tourner les talons quand un bruit assourdissant retentit. On aurait dit le bourdonnement de centaines d’abeilles au-dessus de nos têtes. J’entourais Susan de mes bras et on vit une voiture atterrir juste devant le camion. Oui, atterrir. L’homme qui en sortit portait un masque et une cape. Du genre Batman mais sans les pointes et en plus classe. Je n’avais aucune envie de comprendre ce qui se passait, juste de fuir loin, mais on restait planté là, à seulement quelques pas, totalement pétrifiés de surprise.
C’est à peine s’il nous jeta un coup d’œil et attendit que le camionneur sorte.

-C’est mon chargement ! Hurla ce dernier.

-Le vol est très mal. M’obliges pas à te donner une correction, vilain.

Quoi, ils nous jouaient un remake de comics ? Pourtant, le rayon aveuglant qui sortit de la main du « vilain » était bien réel. Il percuta l’homme masqué qui répliqua aussitôt en tirant au fusil d’assaut. Plusieurs balles atteignirent le camion et les deux ennemis s’élancèrent dans une lutte si rapide qu’on les voyait à peine bouger. Je tirais sur la main de Susan pour nous mettre à l’abri vers l’avant du poids-lourd quand une explosion retentit. Je crus que mon corps allait se disloquer, et je percutais le mur de l’entrepôt de plein fouet, ma dernière pensée allant vers la main que je venais de lâcher…
"

… Je me réveille brusquement, me retourne afin de chercher une nouvelle position plus confortable sur la couchette de fortune que composait ce banc du parc.

"- Le techodrum c’est une belle saloperie. Exposés comme vous l’avez été, surtout par déflagration, c’est la mutation assuré. Regardes moi, je me suis coupé sur un de leurs échantillons, et depuis, j’ai appris à dompter l’ombre.

La pièce s’illumina d’un coup. Non pas parce que la lumière s’était intensifiée, mais parce que l’ombre dut au trop faible éclairage s’était concentrée entre ses mains.

-Avec ça, j’ai assez de puissance entre les mains pour traverser le mur.

Il l’a « relâcha » et l’ombre reprit sa place dans les coins sombres de la pièce.

-Mais alors moi aussi je vais faire ça ? !

J’étais tout à fait paniqué à l’idée de devenir un monstre.

-Probablement pas. Pour ce que j’en sais, chaque homme ayant été contaminé développe un ou des pouvoirs en fonction de sa constitution et de son esprit. On a tous des similarités, ce qui fait que beaucoup comme moi peuvent manier l’ombre. Pour d’autres c’est le feu, ou l’eau, ou les radiations etc... On va dire que c’est la base. Après à chacun de découvrir l’étendue de ses dons.

-Malédictions…

-Pas quand tu verras de quoi tu es capables, crois-moi. Si tu veux un bon conseil, apprends à te servir de tes dons, entoures toi bien, et tu pourras aller toi-même la chercher ta Susan ! Mais avant tout ça, reposes toi. Tu te remets vite, mais t’en as pour une bonne semaine au moins avant de ressembler de nouveau à quelque chose. .. Oh fait, appelle moi Fredrich."


Le bruit de pas m'éveil à nouveau. Rien d'inquiétant, ce n'est qu'un passant isolé, pas un mutant. La cavale me rend parano. Tant bien que mal, je cale mon sac sous ma nuque et ferme à nouveau les yeux, peu pressé de la suite.

"-Bien alors on va voir ce que tu as dans le ventre gamin. Déjà, ta guérison rapide ne peut signifier qu’une chose, la régénération cellulaire accélérée et probablement une amélioration de ton système immunitaire. J’en suis pas tout à fait certain, mais il faut quelques jours pour que les modifications prennent fin. Si je me trompe… bah, tu retourneras au lit te soigner.

-Comment…

Avant que je ne puisse réagir, il avait formé entre ses mains une boule d’ombre, quasiment de la même taille que la dernière fois, et me la lança dessus. Il avait dit qu’elle pouvait traverser un mur ! Le projectile me percuta de plein fouet me faisant atterrir sur le dos à moitié sonné.

-Mais t’es malade ! Je gueulai.

-Arrêtes de faire ta mijaurée, t’as presque rien, je l’ai faite creuse au cas où. Y avait de quoi assommer un bœuf, mis à part ça tu ne risquais rien.

-Tu aurais quand même put me prévenir, je me plaignis.

-Et m’ôter le bonheur de voir ta tête ? C’était tordant ! Enfin, je voulais surtout vérifier ta constitution. T’as été sacrément amélioré gamin, je sais pas si t’as peau s’est durcie ou est devenue plus élastique mais t’es bien résistant. Allez à ton tour, balance moi un truc.

-Mais de quoi ?

-J’en sais rien, imagine que tu veux me tirer un truc dessus avec tes mains.

-Et si je te blesse ?

-T’inquiètes, envoi.

Je me concentrais histoire de voir si je pouvais lui envoyer un kamehameha version mutant, mais rien n’y faisait. J’essayai de penser à tous les éléments qui me passaient par la tête, eau, feu, glace, terre.

-Ok c’est bon arrêtes, on dirait que tu vas t’évanouir, me stoppa-t-il. Bon visiblement, t’es pas doué pour le maniement des éléments. C’est rare après une exposition comme la tienne, et on pourra passer cinq heures ici sans déterminer si tu as subit d’autres changements. J’ai un ami pas loin qui aura de quoi te tester."

_________________
"L'enfer est pavé de bonnes intentions"

La Meute, à l'usure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t407-charlie-lca-turner

avatar

Date d'inscription : 28/11/2014
Messages : 26
Alias : Charlie
Age : 28
Métier : Leader "La Meute" Technicien Hydraulique
Situation : Célibataire
Orientation : Hétéro
Espèce : Mutant
Nombre de posts RP : 3

MessageSujet: Re: Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City   Mar 2 Déc - 14:45

Souvenirs... (suite)

"-On ne va pas faire demi-tour maintenant parce que t’as peur des aiguilles, gamin ? Plaisanta Fredrich.

-Allons-y.

En fait, si, j’avais peur des aiguilles. Quand j’étais petit, il avait fallu que mes parents me tiennent pour me faire une prise de sang. Depuis, j’évitais autant que possible de faire mes vaccins. Je devais avoir le dossier de santé le plus en retard de tout l’Ontario ! Mais cela faisait une semaine que Susan avait disparue, et plus le temps passait, plus les héros en feraient l’une d’eux. Je devais apprendre vite et agir rapidement.

-Installe toi, m’invita Magnet.

-Heu, ça ressemble à un frigo, je dis.

-C’en était un à la base, ça tient très bien les ondes et ça évite que les cris n’embêtent le voisinage…
Je plaisante ! Il est un peu trouillard ton poulain Fred.

-Il se fera, t’en fais pas, il est déjà costaud comme un buffle !

-C’est ce qu’on va vérifier alors, entre.

Le frigidaire qu’il avait aménagé était assez grand pour que je ne sois pas obligé de me courber. De chaque côté, une rainure allait de bas en haut et émettait une lueur bleue. Au-dessus de ma tête, une caméra filmait l’intérieur.

-Je referme, m’annonça Magnet.

Automatiquement, la porte se referma sur moi et la lumière bleue se fit plus intense histoire que je ne sois pas dans le noir. La voix du petit génie grésilla derrière moi, il avait aussi installé un micro.

-Bien, tu vas ressentir quelques picotements, rien de bien méchant. Plaque tes mains sur tes yeux au cas où ils te sortiraient de la tête.

Des fois, son humour était vraiment mal dosé quand même, je me dis en grommelant. La lumière s’intensifia tellement que j’en fus aveuglé, puis redevint normale. Elle recommença plusieurs fois, et devint subitement jaune.

-Les lampions c’est juste pour la classe, me dit Magnet à travers le microphone. Les héros rendent publiques les séances de dépistage. La porte du testeur est même transparente pour que les gens puissent mieux voir. Ils ont tellement mit de lumières que tu te croirais en boite de nuit !

-Si tes ondes ne me font rien, les lampes auront au moins le mérite de me rendre aveugle, je plaisantais.

Je n’étais pas d’humeur à rire pourtant, mais après tout, ce serait une bonne expérience de passée. Mon scanner dura encore plus d’une demi-heure. J’étais passé par le chaud, le froid, mais rien de vraiment douloureux. On attendit les résultats pendant encore deux heures. Magnet s’excusa de la faible puissance de ses machines et nous servit des boissons. Il me proposa des accessoires qu’il avait créés mais j’étais fauché et j’avais quand même affaire à un vilain, il n’était pas là pour la charité. D’après ce que j’avais compris la prestation d’aujourd’hui avait coûté à Fredrich un service futur à notre hôte.

-Voilà, mon bébé a terminé. Eh bien, on peut dire que tu as été gâté ! Je vois une hyper-accélération d’à peu près tout ton système. Tu vas être rapide comme ce n’est pas permis et tes réflexes seront par là même améliorés. Fred a vu juste, ton épiderme s’est renforcé, même une bactérie n’y passerait pas. Hum voyons, régénération des cellules mieux organisée, sensibilisation des sens primaires, absorption même, développement musculaire et renforcement osseux. Bon par contre t’es dénué de toute propulsion de matière, pas de lance-flamme dans les mains ni de glaçons sur commande. Tu vas devoir te débrouiller avec les moyens du bord.
"

Comme à chaque fois que je vis ces "retours", les nuits paraissent longues, je perd mes repères, Colossus City, Dakar, Pretoria ... trop de choses se bousculent.

"-Fin prêts. On va pas s'en prendre à la garnison. On se renseigne, on en attaque un qui fait la grasse mat', et le tour est joué.

-Pas très fair-play, je commentais.

-On ne participe pas à une compétition gamin, on entre dans une guerre, et je ne connais qu'un seul moyen de le faire proprement, c'est en jouissant de l'effet de surprise. Les mutants, y en pas des milliers par villes. Dakar est une bonne assise pour nous vilains, construction rapide et désordonnée, une explosion démographique, un nombre d'habitants très utiles pour brouiller les pistes, et assez de place pour changer plusieurs fois de planques. Je ne me suis pas encore intéressé aux discussions mais si une cinquantaine de guerriers se font face dans chaque camp, c'est je pense un maximum.

-Alors on en élimine quelques-un, et ce sera suffisant pour permettre aux chasseurs d'espoir de prendre l'avantage ?

-C'est l'idée.

-Oh joie.

-Habille toi, je vais commencer à parler avec le personnel.

...

-On en a pour une vingtaine de minutes, traîne pas, me lança-t-il.

-Moi traîner? On dirait que tu fais du sur-place l'ancien !

-Te la pète pas avec tes pouvoirs.

On finit notre course pour s'arrêter devant un immeuble de cinq étages, grisâtre et plutôt large.

-C'est ici, à partir de maintenant,plus un bruit, nous ne savons pas à qui nous avons à faire.

-Si c'était un piège, s'il est plus fort que nous ?

Maintenant que le combat était imminent, je commençais sérieusement à avoir les jetons !

-Raison de plus pour pas se faire remarquer, me souffla-t-il. Ouvre moi la route.

On avait mit en place une technique d'escalade plutôt simple lors de nos entraînements. Fredrich était habile, mais j'étais devenu très agile et pouvais repérer n'importe quelle prise, aussi infime soit-elle. Je commença donc à grimper doucement. Le but bien sur, en le faisant dans cette ruelle, était d'éviter de croiser quelqu'un à l'intérieur. La fenêtre que l'on cherchait était normalement située au troisième étage, deuxième sur ma droite. L'ascension se révéla plutôt aisée, les rebords de fenêtres, et les creux dans la paroi déjà un peu abîmée nous assuraient une bonne progression.

-Gamin, m’appela-t-il tout bas, je peux pas survoler ça moi, y a pas de prises là !

Je redescendis au niveau de son bras et sortit le poignard que je portais dans le bas du dos pour agrandir la fente dont je m'étais servit. J'aurais tout aussi bien put gagner du temps et lui tendre la main pour le projeter vers le rebord au dessus de ma tête, mais si on devait descendre par là tout à l'heure, autant se simplifier la fuite en utilisant le même chemin. On finit de grimper pour nous retrouver chacun pendu en dessous de la fenêtre.

-Passe la tête, je lui lançais.

-Passer la tête ? Pour me prendre une balle ? Toi vas-y, tu te régénères plus vite.

Je prit le peu de courage qu'il me restait pour risquer un coup d’œil. Tout paraissait calme à l'intérieur, le mobilier était simpliste et peu fournit, un plus si on devait se battre. C'était le salon, et trois entrées menaient probablement à la cuisine, à la chambre et au couloir principal.
Je fit signe comme quoi tout paraissait tranquille et força sur le battant en essayant de deviner quand il lâcherait au bruit des craquements pour éviter le claquement bien bruyant des gonds qui cassent, ce qui alerterait l'occupant de notre présence. Une fois suffisamment tordu, Fred glissa sa propre lame sous le bois pour défaire le mécanisme. Je relâcha la pression, et un petit « click » retentit. On entra et j'intimai à mon compagnon de calmer sa respiration. Si notre adversaire dormait, ce que j'espérais, il respirerait faiblement. On s'immobilisa et je ne perçut rien. Comment ça rien ? Même le respiration d'une souris m'aurait alertée.

-Il n'y a personne, je chuchotais.

-Comment...

Une forme tomba soudain du plafond juste devant nous et je fis un bond en arrière, mon rythme cardiaque tentant de doubler celui d'une double pédale de batterie.

-Bonjour, fit l'arrivant. Bienvenue dans votre dernière demeure.

-Et merde, un vampire ! S'exclama Fredrich.

-Reste polit vilain !

Tout s'expliquait, si la légende disait vrai, et apparemment on venait de passer à la réalité, les vampires ça ne respirait pas, et ça vivait la nuit ! On s 'étaient pointés chez lui à l'heure du goûter ! Oh et c'était une créature à la force exceptionnelle et difficile à tuer.

-Laissez moi me présenter, Lord Johan de Bonneville.

Il était brun, plutôt grand le teint pâle, mais une carrure tout à fait respectable. Il portait un pyjama bleu, à croire qu'il avait fait la grasse matinée.

-Excusez ma tenue, je ne pensais pas recevoir quelconque visite. Voici donc des recrues ? Permettez moi de vous dire que vous n'êtes pas très impressionnants.

-Gamin, m'interpella le dompteur d'ombres. Ce sera à toi de le combattre, je ne pourrais que donner le coup de grâce.

Le coup de grâce ? Le pieu dans le cœur et tout ? Mon problème, c'était déjà de le combattre. De l'égratigner oui !

-Un jeune loup, amusant ! Ricana le vampire.

Il retira son haut. Lui aussi visiblement il s'était entrainé, je pouvais sentir sa puissance courir sous sa peau. Il engagea le duel avant même que je n'ai le temps de dégainer mon arme. Il était rapide, presque autant que moi, et beaucoup plus expérimenté dans le combat au corps à corps. J'esquivai deux crochets riposta par un fauchage qu'il contra et m'asséna un coup à la mâchoire, assez pour me sonner. Il tenta d'en terminer en frappant à nouveau. J'interceptai sa main à hauteur de ma tête, obligea son poignet à tourner et le brisa avant de frapper au niveau de la nuque. Il fit mine de tomber et se replia à deux pas de moi.
La lueur de nonchalance avait laissé place à... de l'appétit.

-Ton sang m'apportera beaucoup, m'assura le vampire.

-Il faudra d'abord l'obtenir, je dis.

D'accord, ce n'était pas la meilleure réplique que j'avais imaginée jusque là. Il s'élança à nouveau et devint une ombre. Littéralement, c'est comme si je combattait un nuage de fumée. Je ne voyais plus où frapper, je sortit donc mon épée après avoir reçut deux coups dans le ventre. J'attaquais rapidement, me déchaînant pratiquement sans précision. Au bout de deux minutes, j'étais haletant. L'ombre se dissipa laissant place à un Johan de Bonneville entaillé de toutes parts et un bras manquant au niveau du coude.

-Pas mal, avoua-t-il, mais un peu trop précipité.

Il ouvrit le bras et regarda au ciel, je m'attendais à une forme de magie, type incantation fatale qui lui ferait pousser des ailes, aussi je courus sur lui pour le frapper au torse. A peine j'arrivais qu'il attrapa mon épée au vol, la tendit exposant mon cou à deux doigt de sa tête. Il m'avait feinté comme un débutant. Au moment où je sentait ses crocs s'approcher, une solide secousse le retira de moi. Fredrich l'avait ceinturé, sa main exhalant de l'ombre placée sur la bouche de sa victime. Le vampire s'effondra finalement à ses pieds.

-Indigestion, dit-il.

Il projeta une sphère noire sur le mur qui s'y étala.

-S'ils la manquent, ils sont vraiment aveugles.

-C'est quoi ? Je fis le souffle court.

-Notre signature, allez on rentre.
"

...

"-Prêt ?

-Aussi prêt que possible, je répondis.

-Tu n'as aucune chance je le crains.

Son ton n'était même pas fataliste, il énonçait ce qui était pour lui une vérité pure et simple. Calha me servit du riz dans un bol et des petits beignets de crabe. Chaque service était assuré par l'un des membres du groupes qui tournait chaque jour. J'avais déjà eut à faire la cuisine le lundi, heureusement que je savais au moins faire cuire des pâtes ! Je prit bien attention de ne pas la toucher. Depuis que Fredrich m'avait éclairé sur sa nature, j'évitais le plus possible le contact avec elle.

-Si je peux te donner un conseil, continua Vipère, c'est un homme qui déteste quand la situation lui échappe, alors mets le en colère. Il s'acharnera, mais il sera beaucoup moins précis.

Lethal n'avais pas de capacités physiques comme les miennes, bien qu'il les aient développées au maximum dans les limites de l'humain. Seulement, il pouvait créer des ondes de chocs à volonté en frappant dans ses mains. Un vague bien placée et il m'enverrait au tapis. Il maniait à la perfection tout type d'armes, ce qui fait qu'il aurait l'avantage sur moi dans les armes à feu.

-Merci... Dis moi, comment tu as intégré les chasseurs toi ?

-Je faisais partit d'une bande de trafiquants en Colombie. J'y filait la vie d'un roi des rues, et puis l'un de mes hommes à voulu m'éliminer pour récupérer un gros chargement et prendre les rennes. Il a glissé un serpent dans mon couchage.

-Ragoutant.

-Oh il n'était même pas venimeux, il s'était trompé l'idiot, seulement il avait dut manger quelque chose de contaminé puisque l'effet fut irréversible... Je vois comme eux, je pense parfois comme eux, j'ai leur vitesse, leur calme... leur puissance. Enfin, toujours est il que j'ai rencontré notre jeune amie Calha la-bas, et que nous avons intégré ensemble les chasseurs.

-Je vois.

Il y avait de fortes chances pour que j'ai sous les yeux un triangle amoureux explosif, et Vipère ne serait pas mécontent de me voir mettre Lethal au tapis.

-Je vous laisse, je vais me préparer, on se retrouve à la salle d'entraînement.

-Bonne chance, me lança-t-il alors que je passais la porte.

Je ne mis pas longtemps à me préparer, je ne prit pas l'épée, on n'allait pas s'entre-tuer, j'utiliserais celles de l’entraînement. Ma nouvelle combinaison, fraîchement offerte par la maison me couvrait jusqu'à la nuque et soutenait tout mes mouvements. Plaquée aux endroits stratégiques, une dorsale me couvrant tout le dos, les articulations protégées de kevlar, j'étais assez équipé pour supporter sans broncher un obus de char d'assaut.
Tout le monde s'était donné rendez-vous pour notre combat, quasiment toutes les places étaient prises. Le capitaine m'attendait au centre de la salle. Il avait opté lui aussi pour un bâton de combat d'environ cent quinze centimètres. Il me salua, l'assaut pouvait commencé. J'avais apprit de ma rencontre avec Johan. J'attaquais donc le premier. Il était encore moins rapide que le vampire, mais beaucoup plus expérimenté et intelligent. Le silence se fit.
Je frappai de taille, il me para, lança son propre bâton vers ma tempe, je me recula précipitamment, faillit trébucher et roula en arrière, je n'eut pas le temps de me relever qu'il sauta pour m'assommer au sol. Je mis ma propre arme comme barrage. C'était là que j'étais le plus fort, en vitesse et en puissance. Il ne pouvait me battre en épreuve de force, je le laissa appuyer jusqu'à avoir le manche contre ma gorge et poussa subitement. Il fut propulsé dans les airs, se réceptionna plus loin sur le dos. Je courus sur lui pour lui rendre l'appareil, mais il a claqua des mains, créant une onde qui m'envoya valser contre les bancs.
Je profitais du moment d'accalmie, un peu sonné, pour regarder autour de moi. Fredrich était au dessus, au troisième rang, très attentif, et Vipère suivait le combat avec un calme... reptilien. Je réfléchis à toute vitesse. Je ne pourrais jamais contrer ses ondes, je n'avais rien à lui envoyer, et si je m'amusais à lancer du mobilier, il me reviendrait dessus. Je n'avais qu'une option.

Je me releva lentement. Il se savait maître de la rencontre. Ce seul atout suffisait à me tenir éloigné quoique je fasse. Je commença donc à avancer, il fit mine de taper des mains, je m'immobilisais. A vrai dire, j'attendais qu'il recommence, toute ma tactique se jouait la, mais c'est humain, je venais de me prendre une claque magistrale, je ne souhaitait pas de sitôt recommencer ! A peine je fis un pas qu'il envoya une autre vague. Au lieu de l'esquiver, je me protégea de mes avants bras et attendis pour la repousser. Le choc fut violent, plus que la première fois, j'eus l'impression que mes os s'entrechoquaient. Je tint bon toutefois et brisa l'onde.
Les commentaires qui alimentaient notre prestation se turent et même mon adversaire sembla décontenancé. Les murmures reprirent beaucoup plus rapidement et je sentit l'excitation monter autour de moi.

-Je dois avouer que je ne m'attendait pas à ça. C'est un beau combat, se félicita Lethal. Je crains malheureusement de devoir en finir.

Il courut sur moi, lâchant son arme. J'esquivais assez aisément ses assauts. Il enchaînait à la perfection les coups de pieds latéraux, les coups de coudes et de genoux. Endormir ma vigilance, voilà où il voulait m'emmener en jouant plus petit. Je profitais d'une faille sous l'aisselle pour frapper. Le coup le courba, je lui asséna le tranchant de la main sur l'épaule et le retourna d'une torsion du bras pour le mettre au sol. C'est à ce moment là, que je relâcha mon attention...
Il frappa du plat de la main en plein ventre et je fut éjecté à trois mètres. La salle tournait, je sentais le sang remonter jusqu'à ma bouche et dut m'écarter pour vomir le contenu de mon estomac. Je le savais fort à main nue, mais si je m'attendait à ce qu'il sache créer une onde de choc à volonté en se servant de sa cible comme déclencheur, je serais resté couché ! La douleur me clouait au sol et à peu de choses prêt, je me savais battu. Le doute précédent du capitaine avait laissé place à une entière auto-complaisance que je pouvais sentir, même en lui tournant le dos.
Il n'était pas très beau à voir non plus, il claudiquait un peu pour compenser son poids et éviter de peser sur ses côtes et son bras gauche pendait lamentablement. Si je n'avais pas eut le ventre en compote, j'aurais put me débarrasser de lui en deux minutes.

-Tu es un bon élément, mais je reste le plus fort.

Sa voix était juste derrière mon oreille, il s'était approché beaucoup plus vite que je ne l'avais pensé. Il m'attrapa à la gorge, me souleva d'un bras, ce qui était honorable vu ce tout que je mangeais depuis que j'avais muté, et prépara le coup final, au même endroit que le précédent. A chaque fois que je pensais l'avoir mit dans l'incapacité, il se révélait surprenant en vainquant sa douleur, il n'avait démérité en rien sa réputation.
Mais Vipère avait eut raison, il était en colère que je lui ait tenu tête si longtemps et que je l'ai mit en danger, et il en oubliait la plus élémentaire protection. Je projeta mon genoux dans son entre-jambe, il me relâcha aussitôt et je terminais en le frappant du coude à la tempe. Il s'écroula à mes pied, et je le suivit, une main sur le ventre. Je devais impérativement me relever pour signifier ma victoire. Je me fit violence et me redressa, le poing levé. "

_________________
"L'enfer est pavé de bonnes intentions"

La Meute, à l'usure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t407-charlie-lca-turner

avatar

Date d'inscription : 28/11/2014
Messages : 26
Alias : Charlie
Age : 28
Métier : Leader "La Meute" Technicien Hydraulique
Situation : Célibataire
Orientation : Hétéro
Espèce : Mutant
Nombre de posts RP : 3

MessageSujet: Re: Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City   Mar 2 Déc - 14:58

Souvenirs ... (suite et fin)

S'il y a quelque chose à dire c'est que Colossus City est une ville bruyante. Un peu trop même. Je transvase le sac qui me sers désormais d'oreille boules-quiès, et ferme les yeux.

"-Euh... c'est quoi l'ancienne coutume ? Je demandais.

- « Toute succession interne sera jugée par le destin lors d'un combat à mort ». Le combat à eut lieu, Lethal est mort, te voilà Capitaine. Nous avons renié les Cavaliers, mais pas leurs règles. Si l'un d'entre vous n'est pas d'accord, qu'il se manifeste... Bien. La séance est terminée, regagnez vos occupations, ce soir nous opérerons une réaffectation des équipes.

Tous sortirent et chacun inclina la tête à mon attention. De façon unanime, j'avais été nommé chef d'un groupe influent de supers-vilains. C'était mon objectif bien sur d'obtenir la volonté d'un grand nombre de mutants, mais tout ceci semblait aller trop vite, comme une fuite en avant dans un mauvais rêve. Vipère s'apprêtait à sortir quand je le retins par le bras.

-Attends... Que dois-je faire... ?"

...

"Le café possédait une terrasse assez respectable mais elle était entièrement vide , pourtant à une heure habituellement riche en clients. Seule une double table était occupée par... et bien le Carnaval de Rio. Les héros avaient mit leurs costumes de sortie, masques, capes et tout le tintouin requis. Nous étions venus en habits pratiques, armures souples et citadines discrètes, armés. Nous avions choisis de ne pas dissimuler notre visage. Les vilains qui nous regarderaient devaient nous voir tenir tête de façon nette aux Templiers. Nous étions au début d'une longue rivalité, à l'avenir nous aurions besoin de plus de volontaires pour combattre à nos côtés.
Chacun des héros arborait une expression fermée, se contentant de saluer les caméras d'un signe de tête. Au milieu de toutes ces capes, masques à pointes, bandeaux, bottes qui brillent, il devenait difficile de distinguer lequel était leur leader, et il n'y avait pour l'instant aucune trace de Susan. Je scrutait les environs, aussi bien des yeux que du reste de mes sens. Rien, pas même son odeur, ou le bruit de sa respiration.

Je prit place, assis en face de cinq chevaliers. Vipère resta debout derrière mon dos, les bras croisés dans une attitude de protection évidente. Nichol était en retrait, tenu fermement par une laisse de métal et le collier d'isolement que Magnet avait prévu pour l'occasion.

-Messieurs Bonjour. Vous êtes bien chaudement vêtus, j'entamais.

Ils me regardèrent sans prononcer un mot, lorgnant tour à tour Nichol, Vipère et moi même.

-Vous prendrez bien un café ? C'est moi qui ne paye pas.

-Nous ne sommes pas là pour la galerie vilain. Nous avons un marché.

-Justement, en terme de marché, j'ai honoré ma première part, votre collègue est là. Il a un peu grise mine, mais vous pourrez attester de sa santé. En revanche... je ne vois pas Susan.

-Elle vous observe. Nous ne souhaitions pas la faire sortir avant de voir notre ami. Il n'est pas dans notre nature de faire confiance à ceux de votre espèce.

-Maintenant c'est fait. Confiance ou non, vous ne souhaiteriez pas que le monde entier vous voit renonce à votre parole je présume ?

Le héros en face de moi, en tenu blanche striée de noir et au masque sobre de métal polit fit un signe de tête. Plusieurs de ses gardes se retirèrent afin d'escorter leur jeune recrue.

-Dites moi monsieur Turner, vous sentez vous réellement prêt à devenir le responsable des méfaits de cette bande ?

-Vous savez, je me sens plus prêt à le devenir, qu'à m'afficher en tenue Pyjama Party comme vous le faites. Le flashy... c'est pas trop mon truc.

-Tu peux te moquer. Lorsque que vous repartirez, plus aucun accord ne tiendra entre nous.

-Je n'en attendais pas moins.

Les gardes revinrent, formant un demi cercle autour de ma fiancée. Elle était aussi belle que lorsque je l'avais vue la première fois ; Une légère cicatrice lui barrait la pommette, souvenir présumé du soir de notre accident. Je me levais pour l'accueillir mais elle choisit de s'asseoir au milieu du bal masqué, dans l'une des chaises qu'ils avaient laissée vide en face de moi.
Je marqua un temps d'hésitation puis me rassit. Je ne parvenais plus à réfléchir correctement, totalement embrouillé par ces yeux qui me scrutaient plus profondément qu'ils ne l'avaient jamais fait. A mesure que son examen s'éternisait, je voyais son expression se durcir et se peiner.

-Susan...

-La demoiselle est là, comme convenu, Libérez Nichol.

-Tiens donc, laissez Susan partir d'abord. Viens mon ange.

Je tendis la main, m'apprêtant à me lever à nouveau. Elle resta impassible tandis que leur leader reprit.

-Je n'ai pas l'impression qu'elle soit prisonnière. Vois-tu des chaînes, telles celles que vous imposez à notre ami ?

J'ouvris la bouche pour la refermer, aussi vide de mots qu'une mauvaise partie de Scrabble. Le combat à livrer ne serait-pas contre les chevaliers comme je l'attendais. Si ses chaînes n'étaient pas aussi visibles que celles de l'expert, elles étaient encore plus profondément ancrées dans sa chair. Au cours de ces longs mois où je plongeais dans la vilainie pour affronter ce moment, ils avaient fait d'elles l'héroïne type, prête à passer après son devoir, dont le premier était de se débarrasser de gens comme moi...

-Peux-ton se voir en privé ? Je demandais emplis d'un espoir un peu déraisonné.

-Habile, Chasseur, t'éloigner, l'enlever, pendant que ton ami éliminera notre frère ?

L'homme de blanc et de noir se leva, appuya ses poings sur la table et sembla prendre soudain beaucoup plus de place, comme si l'aura qu'il dégageait faisait effet sur nos sens. Sa colère commença à gronder, si bien que le fer sur lequel il s'était appuyé s'anima de légères vibrations. Je n'eut pas peur. S'il perdait le contrôle, il aurait plus à perdre que moi, mais je fut blessé. Depuis le début, j'étais passé à côté de l'essentiel. Le premier regard de Susan avait été de l'étonnement, le second seulement la déception. L'étonnement de me savoir en vie. L'attitude du leader héros m'apprenait le reste. Sa peur de mon isolement avec Susan, provoquée par un sentiment intense de jalousie. Enfin, la main qu'elle venait de porter devant sa bouche devant la réaction soudaine du membre de son équipe. Une main d'où l'anneau que je lui avait offert avait disparu.
C'est au cours de cette seconde où tout risquait de déraper et virer au danger que je compris qu'elle n'étais plus ma fiancée, mais la promise de l'homme le plus influent de la planète. Elle croisa à nouveau mon regard, et su que je le portais à la marque plus clair de son bronzage sur son annulaire.

-Comment vous nomme-t-on ? Je demandais au héros qui tremblait encore sous l'émotion subitement déployée.

-Night Star, répondit-il avec méfiance, anticipant l'entourloupe.

-Vous êtes probablement l'homme le plus chanceux de nous deux... je lançais un coup d’œil empreint de regret envers ma fiancée ; Mais pas le plus puissant. Retenez bien cela, je n'ai nul besoin de me cacher derrière un nom, pas plus que le besoin d'être adulé. Désormais, je n'ai même plus à attendre d'être aimé... Je serais l'ombre qui vous fera chavirer, le murmure qui étreindra vos rêves les plus profonds. Personne au monde ne sera capable de s'opposer entre vous et moi lorsque la guerre éclatera.

De concert, les quatre autres chevaliers se levèrent, prêts à combattre. J'avais sans le saisir fait monter la tension, leur nervosité était palpable. Vipère, toujours aussi serein s'était rapproché de Nichol, prêt à l'éliminer, son poing armé de deux crochets telle une gueule de serpent, placé tout contre le bassin de sa proie.

-Il suffit, intervint Susan. Nous sommes venus honorer un échange, et il en sera ainsi.

Nous restèrent tous en suspens. Night Star se tourna vers sa protégée. Si son masque me cachait ses émotions, son rythme cardiaque m'apprit la détresse dans laquelle il se trouvait et j'eus presque pitié de lui. Pour elle en revanche, il s'agissait de résignation. Elle s'approcha de moi, et me murmura.

-Tu es devenu quelqu'un de mauvais... rien ne t'y guidait.

-Il aurait fallu pour cela un peu plus de bonté de la part de ton grand amour pour ne pas me laisser agoniser au milieu de cette saleté, ma chérie. Sans la main tendue d'un vilain, le mépris de ton héros aurait suffit à me tuer.

-Et tu préfères ce que tu es devenu ?

-J'ai préféré tenter ma chance. Je l'ai jouée, j'ai perdu. Finissons-en.... Vipère, libère Nichol. "

_________________
"L'enfer est pavé de bonnes intentions"

La Meute, à l'usure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t407-charlie-lca-turner

avatar

Date d'inscription : 28/11/2014
Messages : 26
Alias : Charlie
Age : 28
Métier : Leader "La Meute" Technicien Hydraulique
Situation : Célibataire
Orientation : Hétéro
Espèce : Mutant
Nombre de posts RP : 3

MessageSujet: Re: Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City   Mar 2 Déc - 15:01

Et maintenant, à Colossus City

[RPs à venir]

_________________
"L'enfer est pavé de bonnes intentions"

La Meute, à l'usure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anonymasked.forumactif.org/t407-charlie-lca-turner

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City   

Revenir en haut Aller en bas
 

Charlie LCA Turner : Suivi à Colossus City

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark City 2.10 FIN
» Ike Turner est mort !
» Pink city
» Paradise City
» Alex Turner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anonymasked :: Who You Are :: Gestion des Personnages :: Suivis-